Une belle sortie, mais pas que !

Le 21.06.2022, par LaurentB


Samedi 4 juin, 2022, Grotte de Crochet Supérieur : une sortie mémorable, à bien des égards.

Les participants se retrouvent à 9h sur le parking de Chamnord. On monte dans les voitures et direction le village de Torcieu, dans l'Ain. Arrivés sur place, on emprunte une petite route étroite qui serpente jusqu'au hameau de Dorvan, que l'on traverse pour aller se parquer à quelques centaines de mètres de sa sortie, le long d'un chemin forestier. Le matériel et les spéleos jaillissent des voitures et s'étalent dans tout le périmètre. A 10h30, tout le monde est prêt et la troupe se met en route pour la grotte, située dans un thalweg, environ 400m à l'aval et au NO des véhicules.
L'objectif de la journée est la visite de la grotte de Crochet Supérieur.

plan de le grotte de Crochet sup.

L'entrée est un passage assez bas qui débouche rapidement dans un laminoir d'une trentaine de mètres de long. On est sous la voute du rocher et on progresse sur l'argile qui a rempli le passage. Le laminoir débouche dans une petite salle en pente surcreusée en son centre, qui se jette elle-même dans un puits de 7 m de profondeur. Comme nous sommes nombreux et que le trou est équipé, il est décidé de faire deux groupes. L'un part visiter l'accès à la grotte de Crochet "Sup-sup" (Antoine, Charlie, Hadelin, Julien, Rémy et Yvane), l'autre se dirige vers l'amont de la rivière, pour aller jusqu'au siphon (Coraline, Jocelyne, Léandre, Loïs, Pierre-jérôme et moi). 

Le cheminement vers le siphon se fait dans une galerie d'environ un mètre de large et 2-3 m de haut. Quelques escalades et passages en opposition émaillent la progression car on passe tantôt au fond, tantôt en hauteur en cherchant le plus large, sans jamais avoir l'eau au dessus de bottes. Au retour, je parcours en solo les diverticules en rive droite et observe un ver dans une vasque, avant de rejoindre le reste de mon groupe, qui ne m'a pas attendu, bien en aval dans la Grande Salle, où nous retrouvons tout le monde.

Le volume est impressionnant, la rivière file dans la galerie aval, de section rectangulaire, sur de belles coulées de calcite et, en rive gauche, un dôme de calcite qui dégouline d'une galerie annexe ne demande qu'à être gravi. L'escalade est une peu raide, mais en serrant sur le coté gauche, on trouve de bonnes prises alors que du coté droit, les semelles de caoutchouc qui ripent laissent des marques noires sur le poli de la coulée. Une fois en haut, je mets en place une corde sur "amarrage humain" pour faire monter le reste de l'équipe et aller admirer deux concrétions au nom évocateur autant que grivois, emblématiques de la grotte. 

les couilles de mammouth
Les couilles de mammouth (Jocelyne Marchesin).

La descente vers la Grande Salle se fait sans difficultés, puis je vais jeter un oeil à l'aval au sommet du P12 qui donne accès à la grotte de Crochet.

vue de la galerie à l'aval de la Grande Salle, depuis le sommet du P12
Vue de la galerie située à l'aval de la Grande Salle depuis le sommet du P12. (Laurent Benoist)

Au retour, après avoir observé une sorte de triton dans une des marmites de la rivière, les deux groupes se séparent à nouveau : nous allons vers crochet SupSup alors que l'autre groupe remontera au siphon.

le
Le triton dans sa vasque (Hadelin Matalon)

Du sommet du puits, une corde place permet d'accéder au réseau supérieur. On se trouve dans une salle de bonnes dimensions. Un passage bas donne accès à une petite étroiture qui fait un angle droit mais se passe sans difficulté notable et livre accès à une salle en dôme, terminus du jour.

les étroitures en angle droit, ça passe facile !
Les étroitures en angle droit, ça passe facile ! (Jocelyne Marchesin)

les concrétions de la
Les concrétions de la salle "du Dome" (Hadelin Matalon).

Antoine à la sortie de l'étroiture
Antoine en sortie de l'étroiture, au retour (Jocelyne Marchesin)

Il est un peu plus de 14 h lorsqu'Antoine nous rejoint et m'annonce que dans l'autre groupe, Yvane s'est fait mal au genou en faisant une chute dans la dernière désescalade au retour du siphon. Je me dépêche de les rejoindre et trouve Rémy, Charlie et Yvane déjà au sommet du puits de 7m. Yvane est remontée en autonomie, malgré la douleur.
Avec Charlie et Rémy, nous l'assistons pour passer la main courante légèrement montante qui mène dans la salle d'entrée. Après avoir établi un bilan de la situation, nous confectionnons un brancard de fortune à l'aide de deux kits reliés par les bretelles (technique apprise cet hiver lors du DVA parc), sur lequel nous allongeons Yvane pour la tirer, allongée sur le dos, dans le laminoir d'entrée. Charlie s'engage dans le passage avec une corde, c'est lui qui tractera l'équipage pendant que je m'assure que la jambe d'Yvane reste le plus possible immobile tout au long de l'opération. Il nous faut une trentaine de minutes pour ramener Yvane à l'air libre. Il est alors 15h30.
Un bâton passé dans les bretelles d'un kit permettra de fabriquer un cacolet tout à fait convenable. Yvane parcourra la marche d'approche "à dos de Charlie", qui encaisse vigoureusement ses 400m de long et 50 m de dénivelé jusqu'aux véhicules. nous y sommes vers 16h15. Pendant ce temps, le reste de l'équipe est pris en charge par Rémy et Jocelyne, qui collectent conscienscieusement tout le matériel laissé derrière par Charlie et moi et font une séance photo à la sortie.

Antoine posant dans le laminoir d'entrée.


Jocelyne, Antoine et Loïs à la sortie.
Petite séance de photos en sortie de cavité (Rémy Marchesin)

Le retour à chambéry est organisé. Yvane est évacuée à 17h dans son véhicule, vers les urgences de l'hopital où l'attendra un proche qu'elle a prévenu, pendant que le reste de l'équipe rassemble le matériel et rentre de son coté. Admise à 18h30 aux urgences, Yvane en ressort à 22h avec un diagnostic de fracture des épines et du plateau tibial. Elle est quitte pour 6 semaines de plâtre et potentiellement une opération du genou.
Aux dernières nouvelles, une semaine après l'accident, la guérison se passait très bien et le chirurgien d'Yvane envisageait de pouvoir se passer d'opération.

Merci à Charlie pour son analyse de la situation et sa contribution trés physique à cet auto-secours (je pense que les choses auraient duré un peu plus longtemps sans lui). Merci à Rémy et Jocelyne pour leur gestion du reste du groupe. Tout le monde a fait preuve d'un grand sang-froid et chacun a su prendre les initiatives nécessaires au bon déroulement de la fin de la journée. Je pense que l'on a pu ici observer le bénéfice des exercices de secours organisés par le SSF73 chaque printemps à la tour des pompiers de chambéry depuis plusieurs années et auxquels la plupart des membres du groupe avaient pu prendre part cette saison, ainsi que celui de la formation dispensée lors du DVA parc de cette année.
Et enfin, un immense respect et des remerciements à Yvane qui, malgré les circonstances, a fait preuve d'un très grand courage tout au long de l'évacuation (notamment en remontant le puits par ses propores moyens), avec même parfois quelques sourires. Son attitude a largement contribué au succès rapide de sa sortie et a permis d'éviter le déclenchement d'une opération plus lourde.

 

SPÉLÉOLOGIE 

Envie de découvrir les entrailles des Bauges, de la Chartreuse et d'ailleurs ?
La section Spéléologie du Club Alpin Français de Chambéry est là pour vous accompagner !

> Contactez nous pour découvrir nos prochaines sorties et initiations!

en savoir plus...

nos partenaires

VILLE DE CHAMBERYEKOSPORTMONTAZWORDENSPORT2000ESPACE MONTAGNEGROLLE ALPINEINUKSHUK CAFÉCYCLABLEMOUNTAIN RIDERSCLIMB UPBIOCOOPAU VIEUX CAMPEURWATTABLOCALLIBERT TREKKINGGRAND CHAMBÉRYDÉPARTEMENT DE LA SAVOIERÉGION AUVERGNE RHÔNE-ALPESMALRAUXCNDSBUREAU DES GUIDES DE LA BÉRARDECDOSHANDISPORT SAVOIESPORT ADAPTÉ 73FFSA-CDSA-73

RECHERCHE

Agenda

> Voir toutes les sorties Spéléologie

18 sorties dans d'autres commissions :

> Voir toutes les sorties